A nous la démocratie ! prône la démocratie directe en France et en Europe à travers une action multiforme, allant de conférences, interventions publiques, missions pédagogiques à la participation aux élections, comme ce fut le cas en 2017, aux élections législatives, en 2019 aus élections européennes et bientôt aux municipales.

Le mouvement est centré sur les questions institutionnelles et de pratiques. Il se réclame aussi de valeurs humanistes, égalitaires et universalistes. Il est formé de citoyennes et citoyens engagé.e.s s’opposant à la professionalisation de la vie politique, l’une des causes, majeures selon eux du délaissement des questions sociales et environnementales

Nous co-construisons nos projets avec un maximum de citoyens et dans le soucis de la transparence et de l’intérêt général.


Nos propositions

À nous la démocratie ! est un mouvement en constante évolution et construction et ouvert à des nouveaux projets et propositions. Néanmoins, afin de poser des lignes directrices et affirmer nos valeurs, le mouvement a défini 6 propositions de réformes au niveau national et 3 propositions de réformes au niveau européen.

Propositions au niveau national

1. Assurer le renouvellement de la représentation politique et défendre le mandat seulement nécessaire pour tous les élus

2. Lutter contre le parachutage grâce au mandat vraiment local : tout candidat à une élection municipale réside réellement dans cette commune depuis cinq ans.

3. Réinventer le Sénat et le remplacer par une chambre de Français établie par tirage au sort et formée.

4. Rendre le gouvernement responsable devant le peuple et créer un  » 49.4 « 

5. Renforcer la démocratie et rendre possible le référendum d’initiative citoyenne

6. Etablir une justice impartiale pour les responsables politiques et créer une cour spéciale indépendante

Propositions au niveau européen

1. L’élection populaire de la Commission européenne.
Aujourd’hui elle est désignée à travers des négociations entre gouvernements nationaux et les partis représentés au Parlement européen. Ce processus manque de transparence et implique trop d’intermédiaires pour que l’influence des citoyens se fasse réellement sentir

2. Etablir une Assemblée citoyenne européenne : un rôle consultatif qui disposerait également d’un droit de veto sur certaines propositions de la Commission.

3. Un référendum d’initiative populaire européen. Il existe déjà une procédure en place mais difficile d’emploi et purement consultative